La soudure : comment ça marche ?

1599
Partager :

La soudure à l’arc est une technique consistant à augmenter la température des matériaux à souder afin de les fusionner. C’est une opération qui se fait à l’aide d’un arc électrique. Cependant, il faut savoir que la soudure à l’arc se fait avec plusieurs techniques dont chacune d’elle dépend des propriétés des métaux, les pièces à souder. On a ainsi, entre autres, la soudure par points, par électrode enrobée et la soudure semi-automatique.

La soudure par point

La soudure par points est un procédé qui repose sur la résistance à l’électrode fusible. Autrement dit, la hausse de la température doit s’accompagner par une forte pression mécanique sur le métal pour obtenir un résultat satisfaisant. Pour réaliser une soudure par point, il faut deux électrodes de cuivre non fusibles qui sont traversées par un courant de forte intensité et qui compriment les morceaux de métal. En seulement quelques dixièmes de seconde, le court-circuit provoqué pourra permet aux deux métaux de fusionner. À noter que cette technique est souvent utilisée chez Easyweld pour assembler des tôles fines. En effectuant rapidement l’opération, on pourra limiter la déformation des tôles.

A voir aussi : Un glossaire de la terminologie des guides linéaires

La soudure à l’électrode enrobée

L’électrode est un outil composé d’une âme métallique qui est, à son recouvert par un enrobage qui devient un laitier lorsqu’il fond. Il permet ainsi de protéger le cordon de soudure en retardant son oxydation par l’oxygène. Après le soudage, celui-ci sera supprimé par piquage. À noter que les dimensions de l’âme définissent largement le diamètre et la longueur de l’électrode. En fonction du métal à souder, il existe différents types d’électrodes et d’enrobage. Quoi qu’il en soit, cette technique de soudure prend en compte toutes les épaisseurs d’acier et dans toutes les positions. Pour cela, il convient d’ailleurs de bien choisir les positions en mono-cordons ou en passages multiples.

Lire également : La location de pompe à chape : comment ça se passe ?

La soudure semi-automatique

C’est une technique de soudure qui s’appuie sur un fil fusible continue et pas sur l’électrode. Lorsque le fil dispose d’un procédé dégageant du gaz inerte, il s’agit d’une soudure Mig (Metal Inert Gaz). Si le système dégage du gaz actif, on parlera de soudure Mag (Metal Active Gaz). À noter qu’un poste semi-automatique dispose d’un générateur électrique qui est relié à la pièce par un câble. Pour l’autre pôle, il sera relié à une torche à souder qui est équipée de rouleaux permettant de faire avancer le rouleau automatiquement. Pour l’arc, il est alimenté par un courant continu.

La soudure TIG (Tungsten Inert Gas)

La soudure TIG (Tungsten Inert Gas) est une technique de soudage qui consiste à utiliser un arc électrique pour faire fondre les métaux. Cette méthode, aussi appelée soudure à l’arc avec électrode non fusible, utilise une électrode en tungstène qui ne fond pas pendant le processus et n’est donc pas consommée. Cela permet de créer des soudures très précises et propres.

Pour effectuer cette technique, il faut utiliser un poste à souder spécifique capable d’émettre du courant alternatif ou continu. Le courant est généralement compris entre 10 et 200 ampères selon la nature des métaux utilisés. Durant la phase de préparation, l’électrode doit être affûtée pour garantir une qualité optimale du soudage.

Le principe du TIG repose sur l’utilisation d’un gaz inerte tel que l’argon ou l’hélium afin de protéger le métal fondu contre toute contamination atmosphérique durant le procédé de fusion. Cette étape requiert beaucoup d’attention car vous devez suivre le processus pour éviter tout risque d’inclusion dans la pièce finale.

Côté équipement nécessaire, nous avons besoin aussi d’une torche ainsi que d’un câble relié directement au poste à souder. Pour faciliter les opérations lors du travail sur certaines positions difficiles comme la verticalité ascendante notamment, on peut ajouter aux équipements un dispositif de refroidissement qui évite les problèmes d’encrassement et permet une utilisation prolongée.

Les avantages du TIG sont nombreux. Cette méthode ne laisse pas de résidus, elle produit des soudures très propres et précises sans éclaboussures. La technique est utilisable pour tous types de métaux : acier, aluminium, cuivre ou encore inox.

La soudure MIG (Metal Inert Gas)

La soudure MIG se distingue ainsi de la soudure TIG, qui elle, ne nécessite pas l’utilisation d’un fil d’apport. La technique MIG implique aussi l’utilisation d’un gaz inerte tel que l’argon ou le dioxyde de carbone pour créer une atmosphère protectrice tout autour du cordon de soudure. Cette dernière permet effectivement de protéger les métaux fondus des réactions atmosphériques oxydantes et nitratantes, ce qui évite ainsi toute altération des propriétés chimiques et physiques du matériau.

La méthode MIG est particulièrement adaptée aux soudures horizontales et verticales et peut être utilisée sur une grande variété de matériaux tels que l’aluminium, l’acier doux ou encore les alliages légers. Les professionnels apprécient cette technique pour sa rapidité d’exécution, son coût modéré par rapport à d’autres méthodes (comme la soudure TIG) mais aussi pour la qualité qu’elle offre.

Il faut noter que la qualité finale dépendra notamment des techniques mises en place lors des étapes préparatoires à la réalisation du cordon. Un nettoyage minutieux des surfaces à souder ainsi qu’une vérification serrée des paramètres sont indispensables si l’on veut garantir un résultat optimal.

Il faut noter que, malgré ses avantages indéniables comme son efficacité économique ou sa facilité d’utilisation pour les débutants dans le domaine industriel notamment, la technique MIG n’est pas toujours appropriée selon certains cas spécifiques où une application plus fine doit être réalisée ou lorsque les soudures doivent être effectuées dans des conditions particulières (soudure en extérieur, par exemple).

La technique MIG constitue une méthode très intéressante pour les professionnels de l’industrie désireux d’optimiser leurs coûts et temps de réalisation tout en garantissant un résultat final satisfaisant. Il est impératif pour ces derniers de bien maîtriser toutes les étapes nécessaires à sa mise en place afin d’éviter toute déconvenue liée à une mauvaise exécution du cordon de soudure.

Partager :