Le nouvel Aubervilliers peine à décoller

13
Partager :

Marseille est l’une des villes les plus dynamiques de toute la France. Son activité économique lui a permis d’être la deuxième plus grande ville de ce pays. Ainsi, de nombreux projets y ont été mis en œuvre. Parmi les plus importants, on peut citer le nouvel Aubervilliers. C’est un nouveau marché de grossistes en textile et accessoires de mode co-fondé en février 2018 par le fameux Xavier Giocanti, compagnon de Christine Lagarde et Dinggo Chen. Situé dans les quartiers nord de Marseille, il avait pour but de stimuler l’économie de cette ville. Toutefois, ce centre commercial peine à décoller à cause de nombreux problèmes qui gangrène son évolution.

Un projet d’une très grande envergure

Le nouvel Aubervilliers encore appelé MIF68 en référence à Marseille International Fashion Center est un marché de grossiste en textile et d’accessoires de mode. Ce Lieu a pour but de devenir le nouveau centre de la mode de l’Europe du Sud. Ce projet a été initié par Dingguo Chen, homme d’affaires très connu dans cette ville et ancien président de l’association des commerçants chinois de Belsunce. Il est assisté par le promoteur marseillais Xavier Giocanti, très connu du fait qu’il est le compagnon de la directrice du Fonds Monétaire International. L’objectif était de placer la ville de Marseille sur la carte de l’Europe en en faisant l’un des endroits incontournables de la mode sur le vieux continent et dans le monde. Ce projet titanesque, très prometteur n’a pas eu les effets escomptés pour de très nombreuses raisons.

Les problèmes liés au développement de ce projet

Le grand Aubervilliers est un projet titanesque et très prometteur. Son potentiel pouvait faire de Marseille un lieu incontournable de la mode mondiale. Toutefois, ce n’est pas le cas pour le moment pour de nombreuses raisons.

Ouvert en février 2018, ce lieu commercial a suscité beaucoup d’engouement. Beaucoup de commerçants et d’investisseurs y ont pris part. Toutefois, ce projet peine tout de même à décoller malgré toutes les bonnes intentions. Cela est dû notamment au fait que le projet n’a pas pris en compte de nombreux aspects. En premier lieu, de nombreux commerçants citent le manque d’espace. En effet, c’est un élément qui est très souvent cité dans ce cas précis. En deuxième lieu, il y a la cherté des loyers. Les magasins et showrooms sont bien moins abordables qu’à Belsunce, quartier historique du textile à Marseille. En troisième lieu, le fait que ce lieu soit décrit comme un marché haut de gamme fait fuir les nombreux commerçants vendant des produits de moindre qualité.

Partager :
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!