Comment bien choisir son matelas ?

3
Partager :
Comment bien choir son matelas ?

En mousse, en latex ou à ressort ? On se sent très vite déboussolé pour un choix de matelas. Entre toutes les différentes technologies proposées et les différences de prix affichés, il est on ne peut plus facile de ne plus s’y retrouver. A plus forte raison que la qualité du sommeil est liée à la qualité du matelas. Un bon matelas doit permettre un bon relâchement. Il doit également assurer un bon maintien de votre corps en position rectiligne.

Quelle technologie choisir pour son matelas ?

Il en existe 4 grandes familles : le latex, la mousse, les ressorts et la mousse à mémoire de forme. Adapté pour les personnes à forte transpiration, un matelas à ressorts est l’idéal. Avec une bonne durée de vie de 10 ans, il s’adapte mieux au corps. Pour ceux qui recherchent le confort, le matelas en latex est une bonne solution et s’avère être le partenaire parfait des allergiques. Plusieurs modèles de matelas en mousse existent à l’instar de : mousse polyester, mousse viscoélastique et aussi mousse polyuréthane. Elles ont une durée de vie réduite bien qu’étant de très bonne qualité. Les matelas à mémoire de forme épousent les formes du corps et s’adaptent à toutes les positions pour un confort optimal. Si ces derniers profitent d’une belle réputation, ils apportent une certaine chaleur. A proscrire donc à celles et ceux qui ont tendance à transpirer. 

Lire également : Les Français ont des difficultés d’accès aux soins dentaires

Quels sont les autres critères à considérer ? 

Afin de choisir correctement votre matelas, pensez à prendre en considération différents points tels que le nombre de dormeurs. En solo ou en duo, le matelas devra répondre à chacun de vos besoins. La fermeté du matelas devra également être une priorité quant à votre choix. Si certains préfèrent s’allonger sur un matelas très ferme, d’autres apprécieront davantage le fait d’être lové dans leur lit. Vient ensuite la taille de votre matelas, à choisir en fonction de votre lit et de vous-même. 

Lire également : Rééducation post-AVC : la famille ne suffit jamais, un accompagnement spécialisé est nécessaire

Partager :