Un jeune photographe a été tabassé par les gilets jaunes

30
Partager :

Il s’agit d’un jeune reporter de 26 ans qui a été victime d’une agression lors d’un rassemblement des gilets jaunes. C’est en travaillant le week-end dernier qu’il a eu à couvrir la manifestation. C’est lorsqu’il tentait de prendre une série de photos qu’il a été tabassé par les gilets jaunes.

Le jeune photographe prend des photos d’une manière indépendante

Pierre Alex est un photographe professionnel qui a l’habitude de prendre des photos de mariage, de portrait ou de commandes d’entreprise. C’est d’une manière indépendante qu’il travaille de temps en temps comme photographe reporté. C’est quand les manifestants ont voulu s’en prendre aux journalistes qu’il a été tabassé.

Il explique qu’il est arrivé sur place une heure et demie avant l’heure de départ officiel du cortège. C’est quand il a voulu prendre une photo plan-large avec son grand-angle, au niveau de la statue centrale près de la bourse, qu’il a été témoin d’une première agression.

Des manifestants énervés arrêtent deux journalistes de Cnews

Les manifestants ont intimé l’ordre à deux journalistes femmes qui travaillaient pour la chaîne d’information Cnews de quitter les lieux. Ces dernières comptaient faire leur travail jusqu’au bout comme le ferait Anne de Carvallo, photographe. En plus, elles étaient protégées par des gardes du corps.
Pierre Alex a donc su qu’il pouvait avoir des problèmes s’il décidait de prendre des photos de la manifestation. Il a alors choisi de se réfugier dans une petite rue adjacente. Il avait avec lui un appareil photo en route qu’il tenait dans une main. Sa décision de prendre coûte que coûte des photos a attiré la colère des manifestants qui ont décidé de le poursuivre.

Le photographe, tabassé a perdu connaissance pendant quelques secondes

Pierre Alex a été rattrapé par les manifestants qui l’ont roué de coups, le frappant jusqu’à ce qu’il soit à terre. Même dans cette position, il n’a pas pu être épargné. C’est ce qui fait qu’il a finalement perdu connaissance pendant un bon nombre de secondes. Il a été sauvé par deux d’entre les gilets jaunes qui l’ont secouru pour l’emmener dans un restaurant.

Après avoir retrouvé ses esprits, il a été conduit vers l’hôpital Pellegrin de Bordeaux où il a reçu des soins. Le reporter a réussi à se tirer d’affaire, malgré les hématomes qu’il avait au niveau du dos et des maux de tête. Son matériel de travail par contre n’a pas pu s’en sortir, car ayant reçu des coups de pieds de la part des manifestants.

Partager :
Abonnez-vous à notre newsletter
Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

 

You have Successfully Subscribed!